42to43

28 septembre 2014

LAST SUMMERTIME

Dernier summertime du joli mulot

 Summertime: Petit jeu entre ami(e)s consistant, durant tout l'été et chaque weekend, à marier deux images. Celle d'une œuvre d'art (picturale, littéraire, performance, numérique ou sonore) et d'un cliché illustrant, à vos yeux, votre weekend ( le lien peut être coloré, esthétique psychologique ou encore symbolique )

Cette fin d'été s'avère être une fin d'été douloureuse.

C'est l'été de la séparation d'avec papa, de la difficile décision pour toute la famille -mais surtout pour maman- de le placer dans une maison plus adaptée pour lui et pour elle.

Papa souffre depuis de nombreuses années déjà de la maladie  d'Alzheimer, peu à peu son esprit s'est enfoncé dans des lieux que nous ne connaissons pas, dans ces lieux où il va seul sans nous, loin de nous.

Longtemps maman a été son rempart, sa béquille, il ne pouvait plus se passer de sa présence physique et était en permanence en train de demander où elle était, même cela ça disparait lentement.

Depuis longtemps déjà je crois il ne sait plus vraiment qui nous sommes, ne fait pas franchement de différence entre sa fille et ses petites-filles mais nous nous appliquions à faire semblant d'y croire tellement c’est douloureux

Cette maladie est difficile à vivre pour les proches, comme toute maladie me direz-vous, oui  sûrement ... mais elle suscite en nous des sentiments que nous n'arrivons pas toujours à trouver beaux parce qu'ils ne le sont pas.

Il y a eu un moment où je ne supportais pas de voir mon père ainsi diminué, je me souviens que je l'évitais, je faisais même comme s'il n'était pas là tellement je ne voulais pas qu’il soit ce qu’il était devenu. Puis il a fallu faire un travail de deuil. Etrange ... faire le deuil d'un vivant mais qui était devenu autre, faire le deuil du père qui nous a aimé, qui nous  a accompagné, porté, soutenu, consolé ... voir son parent redevenir un enfant ...

Il y a eu un moment où j’ai souhaité sa mort, plus pour moi que pour lui en osant me cacher derrière l’idée que sa vie n’avait pas de sens.

Et puis il y a eu ce  choc de l’emmener dans cet endroit et d’affronter le fait que les autres aient 20 ans de plus que lui et soient parfois beaucoup plus atteints et être envahie d’une immense douleur, de culpabilité et de honte tout en sachant qu’il fallait le faire et presque souffrir de le voir calme et souriant dans ce nouveau chez lui.

 

Mais il y a eu cet été, la chance d’avoir des frères formidables qui se sont occupés de lui et de maman quand il était au plus mal et qui m’ont évité de le voir ainsi. Qui se sont occupés des difficiles visites de maison et de nous aiguiller sur ce choix que nous portons ensemble. Meme si chez nous on ne se le dit pas facilement je les aime fort et je sais qu’ils seront toujours là.

Et il y a eu VOUS connues ou inconnues à travers les réseaux sociaux qui avaient su me conseiller, m’aider et me soutenir alors que certaines travesrsent des choses beaucoup plus dures, combattent le cancer, souffrent de la perte d’un enfant ou s’occupent d’enfants que l´ on dit différents et qui pourtant ont pris de leur temps si précieux, si occupé pour un mot, une phrase, un appel.

Il y a eu aussi  mes amies de toujours, celles qui ont connu papa il y a longtemps, celles qui connaissent cette maladie de près, celles qui n’ont plus la chance d’avoir le leur.

Cet été … je ne l’ai pas aimé

PAPA

Grâce à une amie photographe j'ai découvert le travail de MRTOLEDANO

For his project ‘Days With My Father’, Phillip Toledano spent the last two years of his father’s life photographing the progress of his dementia. He collected the images together with beautiful describing words in a book that you can get here.

He states: “My Mum died suddenly on September 4th, 2006. After she died, I realized how much she’d been shielding me from my father’s mental state. He didn’t have alzheimers, but he had no short-term memory, and was often lost. I took him to the funeral, but when we got home, he’d keep asking me every 15 minutes where my mother was. I had to explain over and over again, that she had died. This was shocking news to him. Why had no-one told him? Why hadn’t I taken him to the funeral? Why hadn’t he visited her in the hospital? He had no memory of these events.

After a while, I realized I couldn’t keep telling him that his wife had died. He didn’t remember, and it was killing both of us, to constantly re-live her death. I decided to tell him she’d gone to Paris, to take care of her brother, who was sick.

‘Days with my father’ is a journal. A record of our relationship, and the time we spent over the last three years.”

Source ignant.de

index

 

Posté par cathyfc à 19:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


01 septembre 2014

SUMMERTIME 6 #10 - Enfance

 

Summertime: Petit jeu entre ami(e)s consistant, durant tout l'été et chaque weekend, à marier deux images. Celle d'une œuvre d'art (picturale, littéraire, performance, numérique ou sonore) et d'un cliché illustrant, à vos yeux, votre weekend ( le lien peut être coloré, esthétique psychologique ou encore symbolique )

"On ne peut donner que deux choses à ses enfants : des racines et des ailes. "

Aujourd'hui c'est la rentrée des classes, et pour nous c'est une rentrée particulière puisque ma fille ainée quitte le cocon familial et part dans une autre ville commencer une autre vie, celle qu'elle s'est choisie.

C'est une chose étrange et difficile pour une maman que de savoir sa fille seule le soir, seule sur son chemin quotidien et inexorablement on se demande si on l'a bien accompagné sur le chemin de l'enfance et de l'adolescence. On doute on se questionne et on se dit que l'on n'a pas été parfaite et qu'on lui a  parfois fait supporter des choses difficiles.

On ne peut pas faire beaucoup plus que de se dire qu'on sera toujours là, à ses côtés, même un peu plus loin. On doit raisonner son coeur et se dire que tout l'amour qu'on a pour elle se transforme en confiance et en protection, en tentant de ne pas l'étouffer de ne pas lui briser ses ailes qu'on lui a donné.

Elle est mon ainée et je n'ai pas su lui donner la confiance et l'autonomie car je lui ai transmis beaucoup de mes angoisses, j'ai toujours eu peur pour mes enfants. Je sais que ce n'est pas bien mais je n'ai jamais pu contrôler cette peur, cette appréhension.
Pourtant je suis heureuse de la voir continuer sa route loin de moi mais déterminée et si facile.

Je pense aussi à sa cadette qui va se retrouver seule pour la première fois et qui même si elle ne le dit pas doit ressentir le même petit vide, cette tristesse, ce manque mais aussi ce stress de se retrouver en "tête à tête" avec ses parents et d'être le centre d'attentions qu'elle perçoit parfois comme de la surveillance.

 

Parce que après s'être serrées fort ... il faut lâcher la main de nos enfants

 

Et  je pense très fort à ces mamans d'enfants différents qui ne pourront jamais totalement leur lâcher la main, qui ne soufflent jamais et qui ont le courage, l'énergie et la force de faire de grandes choses pour eux . Et je vous invite à lire ces deux si forts témoignages :

 

Sophie & Zéphir

 

Claire et Simon

Hélène . .. Et les autres 

 et je leur dis BRAVO !

 

Récemment mis à jour15

 

 

 

Posté par cathyfc à 11:53 - Commentaires [6] - Permalien [#]

24 août 2014

Cal Be Happy #4

Nous sommes le 23 ! Voici donc les 7 nouveaux carrés.

A la veille de la reprise du travail il va falloir se remotiver car les carrés ont été quelque peu mis de côté !

Les autres avancées sont sur le blog de purple laine .

Posté par cathyfc à 03:20 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 août 2014

BARCELONE

La Fondation Miro

Nous y étions déjà allés mais jamais avec les enfants et ce fut un plaisir de les voir contentes en sortant d'un musée. L'architecture du lieu est toujours un régal comme la vue sur BCN, pour ceux qui ne sont pas sensibles au vertige l'ascencion en funiculaire est très chouette .

BARCELONE 20141

Joan Miró (Joan Miró i Ferrà en catalan, 20 avril 1893, Barcelone—25 décembre 1983, Palma de Majorque — Espagne) est un peintre, sculpteur, graveur et céramiste. De nationalité espagnole, Joan Miró se définit comme catalan international. C'est l'un des principaux représentants du mouvement surréaliste.

Son œuvre reflète son attrait pour le subconscient, pour « l'esprit enfantin », et pour son pays. À ses débuts, il montre de fortes influences fauvistes, cubistes et expressionnistes, avant d'évoluer vers une peinture plane avec un certain côté naïf. Le tableau intitulé La Ferme, peint en 1920, est l'une des toiles les plus connues de cette époque.

À partir de son départ pour Paris, son œuvre devient plus onirique, ce qui correspond aux grandes lignes du mouvement surréaliste auquel il adhère[4]. Dans de nombreux entretiens et écrits des années 1930, Miró manifeste son désir d'abandonner les méthodes conventionnelles de la peinture, pour — selon ses propres mots — « les tuer, les assassiner ou les violer », favorisant ainsi une forme d'expression contemporaine. Il ne veut se plier à aucune exigence, ni à celles de l'esthétique et de ses méthodes, ni à celles du surréalisme.

En son honneur a été fondée à Barcelone la « Fondation Joan-Miró », en 1975. C'est un centre culturel et artistique dévolu à la présentation des nouvelles tendances de l'art contemporain. Elle est initialement alimentée par un important fonds offert par le maître. D'autres lieux possèdent d'importantes collections d'œuvres de Miró, comme la Fondation Pilar et Joan Miró de Palma de Majorque, le Musée national d'art moderne de Paris, le musée d'art moderne de Lille et le Museum of Modern Art de New York.

Source Wikipzdia

logoJoanMiro

Posté par cathyfc à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 août 2014

SUMMERTIME 6# 8

Summertime : Petit jeu entre ami(e)s consistant, durant tout l'été et chaque weekend, à marier deux images. Celle d'une œuvre d'art (picturale, littéraire, performance, numérique ou sonore) et d'un cliché illustrant, à vos yeux, votre weekend ( le lien peut être coloré, esthétique psychologique ou encore symbolique )

Les autres ici :

Pour jouer, retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres summertimes – Lulu la lucette, Une grenouille dans un désert, Créat’it, Ma vie en couleurs, Pétale sur un fil, Sur un blog perché, Froufrou & capucine, L’atelier d’Ehaa, Bidouillé par Lili,

Mes vacances habituelles à Barcelone sont toujours l'occasion de nouvelles découvertes, ici le travail de Frédéric AMAT sur la façade de l'hotel OHLA intitulé EYE BALL

La double paroi en verre pour l'extension du palau de la musica , mais aussi sur la place de la cathédrale une trés jolie composition arachnéenne en bois

 

Mur d'Ulls

Ohla Hotel, situé sur la Via Laietana, dans l'ancien centre ville de Barcelone, est un projet de réhabilitation complet qui a été mené par Alonso Balaguer Arquitectos Asociados. Localisé sur l'ancien emplacement du palais du premier Comte de Barcelone, l'intérieur de cet "hôtel boutique" au dessin d'avant-garde contraste avec sa façade néo-classique, au style français, décoré grâce à l'intervention du sculpteur Frederic Amat.

BARCELONE 2014

Posté par cathyfc à 09:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,



08 août 2014

CAL BE HAPPY #3

Nous sommes le 8 ! Voici donc les 30 premiers carrés. Et je ne suis pas à la moitié de la taille idéale pour mon plaid ! Je sens que ce ne sera pas pour cet hiver !

Les autres avancées sont sur le blog de purple laine .

Posté par cathyfc à 08:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 août 2014

SUMMERTIME 6 #7

Summertime : Petit jeu entre ami(e)s consistant, durant tout l’été et chaque weekend, à marier deux images. Celle d’une œuvre d’art (picturale, littéraire, performance, numérique ou sonore) et d’un cliché illustrant, à vos yeux, votre weekend ( le lien peut être coloré, esthétique psychologique ou encore symbolique )

Les autres ici :

Pour jouer, retrouvez toutes les règles du summertime – un cliché / un œuvre et promenez-vous au travers des liens, vers d’autres summertimes : Lulu la lucette, Une grenouille dans un désert, Créat’it, Ramage , Barbibouille

Ce week end nous sommes passés de l'autre côté du miroir pour aller au mariage de mon cousin. Ce mariage était steampunk néo victorien, thème qui je l'avoue nous avait laissé sceptiques !

Mais nous avons eu l'impression de débarquer en plein Tim Burton c'était très chouette !

 

Posté par cathyfc à 09:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

30 juillet 2014

VACANCES - J'oublie tout !

Et je m'en vais à BCN rien faire du tout !

Vacances Barcelone20

Posté par cathyfc à 11:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 juillet 2014

Summertime Saison 6#6

Summertime : Petit jeu entre ami(e)s consistant, durant tout l’été et chaque weekend, à marier deux images. Celle d’une œuvre d’art (picturale, littéraire, performance, numérique ou sonore) et d’un cliché illustrant, à vos yeux, votre weekend ( le lien peut être coloré, esthétique psychologique ou encore symbolique )

joli weekend entouré d'amis et de crochets et avec ma puce auprès de moi nous avons même joué au plombier ... 

Dîner sur la plage, fêter les 40 bougies d'une amie chère  ... Le bonheur  simplement 

Les autres ici :

Pour jouer, retrouvez toutes les règles du summertime – un cliché / un œuvre et promenez-vous au travers des liens, vers d’autres summertimes : Lulu la lucette, Une grenouille dans un désert, Créat’it, Ramage , Barbibouille

 Dans mon jardin j'ai habillé un poteau de béton pour la journée de l'autisme ... et je l'ai laissé

 J'ai découvert le trés beau travail d'Aurélie Mathigot

"Tandis qu’elle fait le mur rue Saint-Maur, la Ville de Paris lui remet son Grand Prix de la création dans la catégorie métiers d’art. Aurélie Mathigot, photographe, plasticienne, brodeuse et thésarde récidiviste, gagne de toute évidence à être (re)connue.

De cette Bellevilloise pur sucre, on connaît peut-être les mignardises, le gâteau prédécoupé ou le rôti Je n’aime pas la viande ; soit la partie « comestible » de sa collection d’objets brodés, qui compte également des brosses à cheveux, un fer à repasser, des escarpins… Un peu fifille tout ça ! Sauf qu’Aurélie Mathigot est avant tout photographe et prépare un second doctorat qui explorera la notion d’œuvre collective, et plus précisément, d'invitation à œuvrer. De fait, pour élaborer ses recherches-performances (au Mac/Val depuis 2006, au musée des Beaux-Arts de Valenciennes, à Genève ou à Rio), elle convie volontiers gamins en bas âge, adolescents des banlieues, travailleuses à domicile des favelas, retraités et détenues. L’esprit frais mais tenaillée par l’exigence, Aurélie Mathigot considère que la vie, plus encore la vie d’artiste, procède d’une perpétuelle remise en question. Si elle s’est approprié le langage de la broderie – comme avant elle d'autres femmes artistes telle Annette Messager ou Rosemarie Trockel –, c’est « parce qu’il offre la possibilité de se tromper, de défaire et de refaire, sans altération du matériau ».

Dans son atelier, une vitrine abrite le rouge à lèvre carmin de sa mère artiste et grande collectionneuse de textiles des années 40, les jouets et talismans de son enfance et moult trouvailles chinées par elle ou par son père, peintre. Ses racines, Aurélie n’a de cesse de les faire proliférer dans le terreau sociétal, entraînant ceux qui ont eu moins de chance, de culture ou un accès plus restreint au bonheur. Parmi les thèmes qu’elle défend, le lien entre les générations ou la nature dans la ville. Ses clichés pris dans la campagne, à Tokyo ou en Inde, sont réimprimés en grand format sur des toiles de peintre et rebrodés en différents endroits. Une méthode de retouche d’image singulière et en volume, pour gagner du sens et des sens (celui du toucher, en l’occurrence). Ainsi, un flou devient net par l’entremise de la broderie. Un paysage s’illumine. Un visage s’anime. Une cambrure se prononce…"

Copyright - LE FIGARO

Posté par cathyfc à 20:50 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

23 juillet 2014

CAL BE HAPPY #1

Le nouveau CAL proposé par PURLE LAINE est très chouette !
C'est aujourd'hui jour de publication !

Trés consommateur de laine par contre il faut que je recommande  ! J'ai au départ choisi de ne faire qu'avec mes stocks mais je n'en ai déja presque plus

HOLSTGARN SUPER SOFT - SAMARKAND & COAST

Alium - Peony - Cloudberry - Crocus - Parma - Nougat - Silver Grey- Aquamarine - Robbin Egg - Kingfisher

ALPACA DROPS

Rose  tendre - Rose moyen - Vieux Rose - Violet - Violet turquoise - Mauve violet - Violet Marine - Jaune d'or - Camel -  Pétrole mix

Posté par cathyfc à 07:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,



Fin »